Auteur: Michel Pérard
Crédit photos:  Michel Pérard, Gisèle et Bernard Livet


Pour une fois Genève se trouvait sur mon chemin et aux bonnes dates de son salon de l’auto. Cela faisait longtemps que je n’étais pas allé au salon de Genève et donc la bonne occasion en faisait le larron.

Et là que vois-je ? A côté de Brabus bien connu pour torturer Mercedes et Maybach, un grand stand Morgan au beau milieu du grand hall. Je ne suis pas habitué. Se pavanaient l’incontournable (mais affreuse c’est selon) Aero 8 ou Eight (c’est toujours selon), une 3.0 de couleur orange-flash et une autre Morgan jaune-acide. Je remarque alors une bête bizarre sous une cage en plexiglas. Elle ressemble à une Morgan Aero 8 mais façon Figoni et Falaschi ou Saoutchik ou Pourtout.

Je demande des renseignements à un monsieur qui ne parle pas français et qui m’oriente vers une charmante demoiselle. En chemin j’aperçois, bien dissimulée des regards du (grand) public la belle voiture grandeur nature sur un plateau tournant.

SUPER –  SUPERBE –  SUBLIME

   

Elle s’appelle Aeromax. Sa robe est grise unie. J’ai l’immense privilège de me voir remettre une plaquette grand luxe, en anglais comme il se doit. La voiture est un exemplaire unique construit spécialement pour un président de banque que je ne connais pas (ni la banque, ni le président).

L’Aeromax est un showcase pour démontrer le savoir-faire de l’usine Morgan où elle a été construite sur la base d’une Aero 8. Elle a demandé quatre mois entre l’idée et la réalisation de la voiture en état de prendre la route. Elle a subi avec succès les crash-tests et elle est certifiée (?) en Europe et aux USA. La carrosserie est en alu sur une armature en bois comme autrefois. Elle présente l’immense avantage d’avoir un coffre à bagages pas symbolique grâce à un arrière de type Gullwing (c’est écrit dans le texte anglais).

     

Elle a tout d’une grande: ABS, air-bags et la climatisation n’a pas été oubliée. Les rétroviseurs sont d’un design spécial comme tout le reste. Le moteur est un BMW N62 V8 dont il est indiqué qu’il est économique et peu polluant. C’est parfait. J’ai aperçu ce moteur qui comporte cache avec un grand sigle Morgan (pourquoi pas). Trop ému, je n’en ai pas fait de photographie.

     

A part cela que peut-on en dire ? Par rapport à l’Aero 8, elle a subi une opération au niveau des yeux pour lui enlever son strabisme convergent. Il y a des poignées de porte de série mais la voiture est unique. Les rétroviseurs ont été créés spécialement mais il faut aimer. Les feux à l’arrière sont en forme de banane comme c’est un peu la mode. L’échappement est latéral. Sur la plaquette on peut voir une autre (?) Aeromax (celle du patron ?) car elle est bicolore, ailes grises, corps bleu foncé avec des custodes de forme différente.
Je ne peux pas vous dire son prix car j’ai oublié de le demander ! Cela n’a pas d’importance car je ne pourrais jamais me l’offrir.

Michel Pérard